Doudou or not doudou ?

J’ai jamais eu de doudou. Et j’ai jamais vraiment compris le principe du doudou. À la vue de  la couverture sale boulochée, déchirée, qui pue la bave et la peluche sans yeux toute mâchée qui a rendu l’âme depuis des siècles mon cœur balançait entre dégoût et interrogation …

Quand j’ai vu Céline  proposer une récompense (en billets verts) à celui où celle qui retrouverait le doudou de son petit René Charles, puis pleurer à chaudes larmes à l’annonce de la trouvaille.

Je me suis dis non non et non. Mon fils ne  fera pas parti de ce Crew. Le Crew des doudous addict. Le Crew des gosses qui traînent toujours quelques choses derrière eux. Ceux qui ne trouvent le sommeil que grâce à cette chose tellement merveilleuse et tellement affreuse à la fois.

Ce que je n’avais pas compris alors, c’est que ce n’est pas moi qui  décide, NON ça serait trop facile.
Seul l’enfant a voix au chapitre. L’enfant a dit « je veux un doudou »! Et le doudou fut.

En même temps on l’a bien aidé l’enfant.  « On » ce sont les amis et la famille, ils ont tous « oeuvré » dans ce sens. Chacun y a été de son petit cadeau peluche (empoisonné). Un tonton en particulier. Il lui a offert « THE » doudou en me disant « fais en sorte qu’il devienne « SON » doudou. Et c’est arrivé. Ce doudou a la douceur que d’autres n’ont pas. La forme que d’autres n’ont pas. Une ergonomie unique qui permet à mon fils de se recouvrir TOUT le visage avec ! Ce qui m’a d’ailleurs valu plus d’une frayeur. Je vous laisse imaginer votre enfant allongé la tête complètement recouverte d’une peluche. Vision d’horreur. (Ce doudou va le tuer bordel de merde !)
Mais j’ai constaté que ce doudou a quelque chose de magique. Quand Lil’ le caresse, ça l’apaise. Quand Lil’ le pose sur son visage il s’endort.

Du coup je n’ai pas eu d’autres choix que de le rajouter sur le livret de famille. Désormais il faut compter avec lui. Pas un déplacement sans lui. Lui et Lil c’est le début d’une grande histoire !

Va d’ailleurs falloir vite acheter son double si on ne veut pas finir comme Céline ! Merci tonton Dja de nous avoir bien foutu dans la merde !

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul on a aussi le droit à la tétine.

Nous qui pensions faire dans l’original avec un enfant « pas comme les autres ». Tu parles…!

Publicités

5 Commentaires

  1. Pierre-Jean

    Il faut essayer d’orienter l’enfant vers un doudou que l’on a choisi, nous parents. De la sorte, on pourra lui attribuer une simple serviette par exemple : serviette qu’on lavera régulièrement pour qu’il s’habitue à l’odeur du propre et que l’on puisse, en cas de perte, le remplacer sans aucun problème !

  2. Pingback: Jamais 2 sans 3 ! «
  3. Pingback: Et la lumière fut ! |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s